Confolens

Le nom de Confolens signifie confluent, en l’occurrence celui de la Vienne et de la Goire, une petite rivière arrivant du Sud-Est. La ville s’est développée sur une colline coupée par ces deux cours d’eau. Confolens est une sous-préfecture du département de la Charente qui compte autour de 3000 habitants, la population a un âge moyen relativement élevé.

La ville est excentrée, en dehors des grandes voies de communication ce qui ne favorise pas son développement économique. Par contre elle développe des efforts significatifs pour attirer les touristes, ainsi certaines maisons du centre-ville ont été rachetées par des étrangers originaires du Nord de l’Europe.

Réputée pour son Festival, Confolens est la plus grande ville de la Charente limousine et une des deux sous-préfectures de la Charente

Confolens
Ville de Confolens

Histoire de Confolens

Confolens a été créé par un seigneur de Chabanais autour de l’An Mil. Au Moyen-Age la ville était le siège d’une seigneurie qui disposait d’une forteresse dont il subsiste le donjon carré et des ruines. Ce donjon a été construit au XIème siècle par Jourdain Ier de Chabanais et de Confolens. Au Moyen-Age, la ville était protégée par des remparts et fossés.

Au Moyen-Age et pendant l’Ancien Régime chaque rive de la Vienne relevait d’un diocèse différent, Limoges côté Est et Poitiers côté Ouest.

La seigneurie a été longtemps disputée entre les comtes d’Angoulême, les comtes de la Marche et les seigneurs de La Rochefoucauld. Elle devient ensuite la propriété des seigneurs de Chabanais qui étaient des féodaux puissants de la région.

L’Ordre des Hospitaliers établit à Confolens une commanderie au XIIème siècle. Confolens fait partie des premières villes à avoir obtenu des franchises municipales.

La seigneurie devient indépendante de la Principauté de Chabanaisau XVIème siècle puis elle est intégrée au domaine royal avec le roi Henri IV. Celui-ci la retrocède au chevalier de Châteauvieux en l’érigeant en comté en 1604. A la même époque l’Election de Confolens fait partie de la Généralité de Limoges.

Des habitants se convertissent au Protestantisme et dans la seconde moitié du XVIème siècle la ville est impliquée dans les Guerres de Religion en particulier en 1568 où elle est prise par les Protestants puis reprise par les Catholiques.

A l’époque de la Contre-Réforme au XVIIème siècle, des établissements religieux sont implantés à proximité du centre-ville : le couvent des Récollets en 1616, celui des Clarisses en 1638 et celui des Soeurs de la Charité en 1668. Le XVIIIème siècle est une période de relative prospérité économique pour la ville et sa région.

Au moment de la Révolution Française plusieurs édifices sont vendus comme biens nationaux : le Palais de l’Élection, le Manoir des comtes, le donjon, l’Hôtel Dassier-des-Brosses, etc.

Au XIXème siècle la ville effectue d’importants réaménagements urbains: des rues sont rectifiées pour améliorer la circulation et plusieurs édifices publics (Hôtel de Ville, Palais de Justice, Halles, etc) sont construits.

La ville a été desservie par le chemin de fer à la fin du XIXème siècle mais cette ligne a été supprimée pour le trafic voyageur à la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Au début du XXème siècle un tramway à vapeur permet d’établir la liaison avec Angoulême, ce service n’a pas subsisté longtemps.

La vieille ville de Confolens

Elle se développe sur la rive droite de la Vienne, pendant longtemps la ville est restée articulée autour de trois églises, Saint Maxime, Saint-Barthélemy et Saint Michel. Confolens était entourée de remparts au Moyen-Age, ceux-ci étaient percés de cinq portes. Le faubourg Saint Barthélémy sur la rive gauche était lui aussi fortifié avec trois portes.

Confolens était entourée de remparts au Moyen-Age, ceux-ci étaient percés de cinq portes. Le faubourg Saint Barthélémy sur la rive gauche était lui aussi fortifié avec trois portes. Ces remparts ont été démolis à la fin du XVIIIème siècle et les fossés remblayés à la même époque.

La ville possède aussi plusieurs maisons anciennes sur chacune des deux rives, en particulier les maisons médiévales de la rue Pinaguet et l’Hôtel du duc d’Epernon avec ses pans de bois situé rue du Soleil, il date des XVème et XVIème siècles. La ville conserve d’ailleurs de nombreuses maisons à pans de bois.

A deux kilomètres au Nord-Ouest de Confolens, en direction de Pressac, se trouve le château du Mas Marteau qui a été construit juste après la Guerre de Cent Ans, au XVème siècle.

Le Pont Vieux de Confolens

Le Pont Vieux

Il remonte au XIIème siècle, il était jadis fortifié avec trois tours, une à chaque extrémité (Tours Saint Maxime et Saint Barthélemy) et une au centre (Tour du Mi). La tour sur la rive gauche (Saint Barthélemy) était dotée d’un pont-levis.

Les tours ont été démolies vers 1780, au moment de réparations effectuées sur le pont, le pont-levis a alors été remplacé par une nouvelle arche. Il ne subsiste de ce dispostif qu’une poterne Gothique.

Le pont a ensuite bénéficié de restaurations régulières, la dernière a eu lieu au XIXème siècle.

Au milieu du XIXème siècle un nouveau pont est construit sur la Vienne avec la démolition de bâtiments proches pour le desservir.

Curieusement les voitures sont toujours autorisées à emprunter le Pont vieux alors qu’il existe ce pont plus récent juste à côté.

L’église Saint Maxime de Confolens

Elle a été créée à la fin du Xème siècle et relevait du diocèse de Limoges. Elle faisait partie d’un Prieuré qui dépendait alors de l’Abbaye de Charroux puis au XIIème siècle de l’Abbaye de Lesterps.

Eglise Saint Maxime de Confolens
une maison à pans de bois du XVème siècle lui est accolée

L’édifice actuel est recomposé par des constructions réalisées à partir du XIIIème siècle.

La nef et le collatéral Sud (cf photo ci-dessous à droite) comporte cinq travées qui sont de la fin du XVème siècle, ils sont voûtés d’ogives qui retombent sur des colonnes.

La façade (cf photo ci-dessous à gauche) comporte en bas un portail Roman doté de belles voussures, il est du XIIIème siècle, au-dessus une rose de style Gothique et un fronton triangulaire lui-même percé d’une petite rose.

Le clocher est une réalisation du milieu du XIXème siècle, en haut la flèche est octogonale.

L’église Saint Maxime de Confolens